Election Française. “Quel sens pour l’Occident?”*

18 708

*French Presidential election. “What meaning for the West?” (For English please scroll down. Chief Engineer Scotty is working out the mechanics of a bilingual blog with Monica, our talented outside consultant. But Scotty is always late.)

L’élection présidentielle Française commence dans quelques heures. J’aimerais me dire serein, mais non. Les sondages confirment un avantage sérieux de Macron sur le Pen, d’environ 20 points. 62 à 38%. Mais des incertitudes subsistent. D’abord, près de 40% des Français se disent prêts à voter Marine Le Pen. Son père en 2002 avait « fait » 18%. Un doublement. Un nombre important d’électeurs de Fillon peut voter Le Pen, ou s’abstenir. Dans la question du jour du Point, un magazine que je qualifierai de centre-droit, 45,5% des lecteurs de disent prêts à s’abstenir ! Hier, 43,6% des lecteurs ont déclaré “avoir trouvé dans le débat de Mercredi soir des raisons de voter pour Marine Le Pen”. M. Mélenchon, tout à son amère déroute, a refusé de promouvoir le vote Macron. Alors que Martine Aubry l’a fait. Clairement. Et venant d’Aubry…

Rien n’est joué, donc. Je voudrais donner la parole à d’autres. Il est parfois, toujours, utile d’écouter ce que peuvent dire les étrangers d’une élection nationale. Ils ont une certaine… distance. Commençons par Kamel Daoud*. La semaine dernière, à Berlin, il « prend soudain conscience, presque à vif, de l’immense enjeu de la présidentielle française » … « si la France tombe dans le giron de l’extrême droite, la conséquence sera énorme pour l’Europe, l’Occident aussi, et pour le pays du chroniqueur, le Sud tourmenté, le Maghreb et le monde dit arabe ».

Daoud définit l’enjeu mondial de l’élection Française. Dans une envolée un peu lyrique, peut-être, il affirme que la France, « cette nation, justement est une capitale symbolique du monde, brutalement révélée à l’heure de sa possible perte » … « La France est un vaste pays symbolique dans les imaginaires de l’Histoire, des relations culturelles internationales, dans le souvenir des enthousiasmes et des révolutions, dans ce malaise face aux colonisations et mémoires, et dans sa possibilité de rendre visible soit la rupture, soit la communauté ».

Les mots de Daoud sont “forts”, comme on dit aujourd’hui en Français. Si un Français les avait écrits, John Oliver aurait beau jeu, en bon Anglais, de pointer notre éternelle « supériorité » rêvée.

Mais voici la France, qui se tord dans des soucis, parfois médiocres (parfois non), l’angoisse de l’emploi (plus) à vie, du chômage et de la dépression nationale, voici la France soudain hissée au rang de symbole mondial. Quelle responsabilité. Serons-nous à la hauteur ce Dimanche ?

Donnons la parole à un Allemand. Joschka Fischer, ancien dirigeant des Grünen, les Verts Allemands : « En Allemagne, nous nous trouvons dans une situation très particulière. Nous sommes protégés par notre Histoire. Chez nous, on ne peut pas crier : il faut que 1’Allemagne retrouve sa grandeur ! D’autres l’ont déjà fait et ce n’était vraiment pas une bonne idée. De même, on ne peut pas demander la construction d’un mur. Cette expérience-là aussi a eu des conséquences funestes ». (Source : Le Point 27 Avril)

Apprécions à sa juste valeur l’humour de Fischer, « protégé(s) par (son) Histoire ». Le fait est que l’Histoire est difficile à ignorer en Allemagne. Et nous ? Avons-nous si facilement oublié, pêle-mêle, la débâcle de Juin 1940, Pétain, Laval, la rafle du Vel d’Hiv, Doriot, la Milice de Darnand ? Et j’en passe et des pires ?

Revenons à Daoud : « Tombé(e) dans les mains de l’extrême droite, (la France) donnera l’ultime carte blanche aux autres courants du genre en Europe, consolidera les positions des courants islamistes chez nous, au sud, mettra fin à l’illusion d’une possibilité de salut solidaire et accentuera la rupture ravageuse. »

Au-delà de l’évidente « carte blanche » à l’extrême droite Européenne, le trait de génie de Daoud me paraît être ici la « possibilité de salut solidaire ». L’Europe, le monde « dit arabe », et le reste du monde ne s’en sortiront pas seuls. Que cela plaise ou non à certains.

Fischer de nouveau : « Pour le bien de l’Europe, je souhaite une France forte et fière d’e1le. C’est indispensable. Rien n’est plus dangereux pour 1’Europe qu’une France faible et minée de doutes ». Un point de vue Allemand. A opposer à la Germanophobie insensée d’une partie de la Gauche Française il y a quelques années. Ou d’une posture (pas toujours) cachée en France : « L’Allemagne paiera ». Et bien j’ai des nouvelles : l’Allemagne ne paiera plus. Elle ne doit plus rien.

Revenons à Daoud. « Obscurément, après les Etats- Unis, c’est le pays où se décide le sens de l’altérité ». Non seulement Daoud attribue un rôle que la France n’imagine même pas, toute enfoncée, je le répète dans ses petites angoisses (certaines, bien vraies néanmoins), mais Daoud hisse encore la France et cette élection à un autre niveau : « La France est donc l’Occident, c’est la longue histoire de l’Occident dans les imaginaires modernes : plus que l’Allemagne ou que les États-Unis d’Amérique ».

Ah ? Il ne s’agit pas de l’âge du départ à la retraite ? Du nombre de fonctionnaires ? Du nombre de semaines de vacances ? La France est l’Occident. Souvenez-vous-en Dimanche ou Samedi en allant voter.

Daoud encore, décidément très inspiré : « Et si les candidats sont parfois légers, la présidentielle française, elle, est très lourde. Elle résume les maladies de l’époque et l’urgence qu’il y a à les guérir, et pas par des charlatans et des crieurs publics ». Entre le Brexit et le joueur de golf orange de Mar-a-lago, nous avons déjà assez de charlatans et de crieurs publics. Mettons le holà. Et c’est à nous, Français, qu’incombe cette responsabilité.

« On y vote surtout, et au-delà de soi, le sens de l’Occident pour le reste du monde. Au risque de tomber dans l’emphase » Kamel Daoud, dans le Point, 27 Avril 2017.

S’abstenir, Dimanche prochain, c’est donner une demie voix à Le Pen. Et oui. C’est mathématique. Voter Macron, ce n’est pas lui donner carte blanche. Il a des zones d’ombre. Il sera toujours temps d’équilibrer aux législatives. Mais voter Macron, c’est redonner un nouveau « sens de l’Occident pour le reste du monde ». Rien que ça.

*Kamel Daoud, 46 ans, est un journaliste et écrivain Algérien. Comme Salman Rushdie en son temps il fait l’objet d’une Fatwa (menace de mort) en Algérie ; il écrit aussi pour le New York Times. Merci, M. Daoud, et M. Fischer pour ces mots.

18 612

French Election. “What meaning for the Western world?”

The French presidential election begins in a few hours. I would like to say I am serene, but no. The polls confirm a strong advantage of Macron on Le Pen, about 20 points. 62 to 38%. But uncertainties remain. First, nearly 40% of the French say they are ready to vote Marine Le Pen. His father in 2002 had “done” 18%. The daughter would double the score. A large number of Fillon voters may vote Le Pen, or abstain. In today’s electronic issue of Le Point, a magazine that I would call centre-right, 45.5% of readers claim they are ready to abstain! Yesterday, a similar number (43.6%) of readers stated that they had found reasons to vote for Le Pen during wednesday’s debate. Base: 65,000 answers. Imagine 43.6% of the New Yorker’s readers saying they would vote for Trump. (Witj all due respect for the New Yorker. Mr. Mélenchon, a bad loser on the far left, refuses to promote the Macron vote. While Martine Aubry did. Very clearly. And coming from Aubry, a renowned die-hard Socialist…

Nothing is certain, then. Allow me to “give the floor” to others. It is sometimes useful to listen to what foreigners can say about a national election. They have a certain distance. Let’s start with Kamel Daoud*. Last week, in Berlin, he “suddenly realizes, almost vividly, the immense stakes of the French presidential election” … “if France falls into the hands of the extreme right, the consequences will be enormous for Europe , The West, and for the writer’s (Daoud) country, the tormented South, the Maghreb and the so-called Arab world “.

Daoud gives a global scope to the French election. In somewhat lyrical words (But, how well does he write!), he claims that France, “this nation, is a symbolic capital of the world, brutally revealed at the time of its possible loss”… “France is a vast symbolic country in the imaginary of History, international cultural relations, in the memory of enthusiasms and revolutions, in this ‘malaise’ in the face of colonization and memories, and in its (unique) possibility of making visible either the rupture or the community “.

Daoud’s words are powerful. Very much so. If a Frenchman had written them, John Oliver would do well, as a good Englishman, to point out our eternal “superiority” dream.

France, though writhing in mediocre (or not so mediocre) worries, the anguish of (not anymore) lifetime employment, unemployment and national depression, is suddenly raised to the rank of a world symbol. What a responsibility. Will we be up to this Sunday?

Let’s now hear a German’s opinion. Joschka Fischer, former leader of the Grünen, the German Greens: “In Germany, we are in a very special situation. We are protected by our History. Here we cannot shout: ‘Germany must be great again’! Others have already done it and it was really not a good idea. Similarly, one cannot ask for the construction of a wall. This experience also had fatal consequences. ” (Source: Le Point 27 April)

One can only appreciate Fischer’s humour, “protected by (his) History”. The fact is that History is hard to ignore in Germany. Now, what about us? France? Have we so easily forgotten, the debacle of June 1940, Pétain, Laval, the raid of the Vel d’Hiv, Doriot, Darnand’s Militia? And other dark moments of our History?

Let us return to Daoud: “Fallen into the hands of the extreme right (France) will give the final carte blanche to the other currents of the kind in Europe, consolidate the positions of the Islamist currents in our south, will end the illusion of a possibility of solidarity and will accentuate the devastating rupture.” Beyond the obvious “carte blanche” to the far right of Europe, Daoud’s stroke of genius seems to me here to be “the possibility of solidarity”. Europe, the so-called Arab world, and the rest of the world will not make it alone. Whether one likes it or not.

Fischer again: “For the good of Europe, I wish for a strong and proud France. This is essential. Nothing is more dangerous for Europe than a weak France, undermined by doubts. ” A German point of view. To be compared to the senseless Germanophobia of a part of the French Left a few years ago. Or a posture (not always) hidden in France: “Germany will pay”. Well, I have news: Germany will not pay any more. She no longer owes anything.

Returning to Daoud. “Obscurely, after the United States, it is the country where the meaning of alterity is decided”. Not only does Daoud attribute a role that France does not even imagine, all broken down, I repeat it in its petty worries (some, very true nevertheless), but Daoud still raises France and this election to another level: “France is the West, it is the long history of the West in modern imaginations: more than Germany or the United States of America. “

Seriously? Is this election not about the age of retirement? How many public servants to hire or fire? How many more weeks of vacation? France IS the West. (So Daoud says) Wow. Remember that Sunday or Saturday when you DO go to vote.

Daoud again, more inspired than ever: “And if the candidates are sometimes light, the French presidential election has a considerable weight. It summarizes the diseases of the time and the urgency of curing them, and not by public charlatans and criers. “

Between Brexit and the orange golf player in West Palm Beach county, we already have enough charlatans and public criers. Let’s put our foot down.

“We vote, above all, and beyond ourselves, for the sense (the meaning) of the West to the rest of the world. At the risk of being lyrical.” Kamel Daoud, in Le Point, April 27, 2017.

To abstain, next Sunday, is to give half a vote to Le Pen. It’s mathematical. To vote for Macron, is not to give him carte blanche. There can be doubts about the man. But there will always be time for balance in the following legislative elections. To vote Macron is to restore a new “sense of the West for the rest of the world”. Just that.

* Kamel Daoud, 46, is an Algerian journalist and writer. Like Salman Rushdie in his time, he is the target of a Fatwa (threat of death) in Algeria; he also writes for the New York Times. Thank you Mr. Daoud, and Fischer for your words.

And thank you dear friends and readers for riding with us on this – unusual – post. May Reason prevail on Sunday. Or should I say “sense and meaning”?

18 20160815_170449

 

Advertisements

27 thoughts on “Election Française. “Quel sens pour l’Occident?”*

  1. It seems history has been forgotten. The success of France matters to the entire world. Ironically (or not) Trump backers are strongly behind Le Pen here in the U.S. Bannon has proclaimed that it is his objective to change the order of the world and Trump is merely an ignorant puppet of the thugs he has surrounded himself with. I am hoping we are not leaning toward fascism throughout the western world. Vive La France!

  2. I have never been one for politics, I must be honest, and although it might sound irresponsible I find it all very tawdry and about as sincere and honest as a Tour de France winner stating emphatically: ”Drogues? Qui moi?”

    Chinese men have the right idea. When they discover they have an election they try to have sex before it goes away.

  3. je doute encore et crois encore que la France ne tombera plus bas… Les leçons de l’Histoire ne peuvent pas être oubliées et jetées aux oubliettes d’une si terrible façon; j’espère que nos compatriotes trouveront la force de croire en eux, en Macron pour ces 5 prochaines années, même si c’est pas forcément le mieux du mieux, mais on ne peut pas voter Le Pen. La première femme présidente de la République ne peut pas être elle, quel pire modèle pour les jeunes et pour le monde…

  4. Félicitations, bon sens a prévalu…Sans doute, de nombreuses bouteilles de champagne sont ouvrir! All of Western Europe has taken a sigh of relief I am sure.

  5. – oups – je disais: j’étais heureuse de passer les derniers jours de la campagne électorale et même le jour J loin des médias français – ainsi que des réseaux sociaux et autres mentalités françaises…
    Franchement, ça m’a fait un bien fou d’entendre la presse étrangère – dont allemande – porter un regard aussi ….plein d’espoir. Le retour à la réalité française fut tout autre dès hier en allant voter (la trouille en voyant autant de bulletins “Macron” dans la poubelle de mon isoloir!) puis aujourd’hui.
    Les français sont réellement divisés… Entendre autant de gens, même parmi mes proches, râler et non se réjouir, s’enorgueillir de ne pas avoir été voter hier et pire, insulter les autres (“pauvres c****”, “bandes de moutons”, j’en passe), ceux qui ont fait barrage au FN, voilà la réalité.
    Et là, je pense à la suite. je pense aux législatives aussi. Je me dis surtout que les français ne connaissent pas leur chance…. Bref….

    • To be honest I’m glad, but I don’t really care anymore… 🙂 As a matter of fact the news came on our phones as we were taking off to Los Cabos on Sunday with still hope in our hearts to find my son-in-law. Irony all.
      Be good my dear. And take care of yourself and yours.

  6. Hello nantais. Je t’avoue que je n’en menais pas large, plus particulièrement au 2ème tour, en approchant du bureau de vote. Et je confirme : l’isoloir. . . isole, voire même. . . camisole !!
    Alors oui, j’ai voté, pour le moins pire, la boule au ventre de trahir mes convictions mais pas une seconde pourtant, je n’ai hésité. . . “elle” ne passera pas non, I don’t want to !!

      • Malgré la forte augmentation du nombre de ses électeurs, pour l’instant, je n’ai jamais pensé qu’elle passerait. Mais c’est tellement effrayant que je ne pouvais pas faire autrement que voter pour l’autre, même si ça m’a bien dégoûtée de glisser son nom !!!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s